digressions : 29

La manche de la chemise blanche frottant contre ma peau noire.

Mon énervement face à son indifférence : elle ne se soucie pas de moi, de la gêne sonore qu’elle me fait subir.

À chaque fois. L’envie de lui lancer un stylo au visage. Que l’encre le recouvre entièrement. Je n’aurai de cesse de l’écrire.

Son sang qui coulait.

Culpabilité, responsabilités. Contenir sa rage. Et puis non !

Écoute, j’ai une chose bien sentie à te dire : le respect.

À deux, les compromis ne concernent que toi.

La tension diminue, ce qui n’empêche pas les cauchemars. De quoi ai-je rêvé ?

Poursuivie, battue, violée. Elle dénigre ma personne.

Je peux penser à lui dans le calme le plus absolu. Jeune homme, votre prénom, votre nom, votre visage votre voix, vraiment, tout cela n’était pas grand-chose.

Je me suis souvenue de ce scénario. Le cannibalisme, il n’y a que ça de vrai.

Dévoration.

Lui jeter des insultes, me jeter sur elle, lui bouffer l’hémisphère, le pourtour et le contenu de sa petite tête.

[digressions : 28] [digressions : 30]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s