mon abonnement publie.net : 1

Comme je savais que François Bon s’était réservé le domaine « publie.net » depuis longtemps, comme le même F.B. m’avait gentiment invitée à lui confier mes textes, comme donc j’ai suivi le projet depuis le début il est normal que je m’y abonne.
Il est vrai que j’ai pris mon temps, ne l’ayant fait qu’au mois de février. Mais j’avais une raison, que j’ignorais alors : l’idée de devoir utiliser ma carte bleue à chaque fois devait me freiner.
Alors lorsque j’ai lu que l’on pouvait désormais s’y abonner j’ai eu l’impression d’avoir été comprise. J’ai donc pris l’abonnement « lecture en ligne seulement de tout le catalogue pour un an » : j’ai tendance à garder trop de choses dans mon ordinateur (j’ai du mal à me séparer de mes fichiers : je me dis toujours que ceci ou cela me servira un jour), du coup je dois régulièrement  me résoudre à y faire le ménage car la bête est vielle et fatiguée.

Mon premier texte a été tout naturellement Le mardi à Monoprix d’Emmanuel Darley [son blog + son site].  Je vais expliquer le « tout naturellement ».
J’avais vu sur la page d’accueil de publie.net le titre qui m’avait interpellée. Par la suite le 24 janvier au soir j’écoutais France culture : au sommaire il était question d’une fiction appelée elle aussi Le mardi à monoprix. En entendant le nom de l’auteur je n’ai plus eu de doutes.
Comme je passe ma vie à interpréter les moindres faits et gestes, j’ai un goût prononcé pour la coïncidence, d’où le « tout naturellement ».

J’ai écouté la version radiophonique avec un grand plaisir : tout me semblait d’une vérité criante. J’aime lorsque dans un texte cela s’enchaîne avec bonheur. Les deux personnages aussi étaient attachants : quelque chose en eux m’a rappelé ma propre relation fille/père (donc rien dont je puisse me vanter).

La lecture du texte m’a remis dans les oreilles les voix des deux comédiens, désormais inséparables de ces phrases.
Je tiens ici à remercier ces deux personnes (dont j’ignore les noms) pour la qualité de leur interprétation.

P-S : Contrairement à PdB qui déplorait en commentaire que l’histoire se terminât mal, pour moi il ne pouvait en être autrement (même si je n’eus pas choisi cette fin-là).

··········································

Ajout du 20/04/09 : ce texte sera publié chez Actes Sud en septembre 2009, pour cette raison il a été à ce jour retiré de la consultation en ligne sur publie.net. [Voir cet article de François Bon]

[mon abonnement publie.net : 2]

3 réflexions sur “mon abonnement publie.net : 1

  1. Bien d’accord sur le texte d’Emmanuel Darley, fort et juste (mais j’ai fait le contraire : lu avant de l’écouter)

    • je me demande si ce n’est pas un inconvénient d’avoir écouté puis lu : en lisant j’ai vraiment les voix des comédiens dans l’oreille.

  2. Pingback: Liseuse en ligne « immatériel.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s