Un jour aussi ténébreux que la nuit : 1

[voir le projet]

Les indications données par la voix lors de la lecture des textes entre guillemets sont toujours accompagnées d’une démonstration faite par ceux ou celles qu’elle nomme.

Dans toutes les scènes où ils sont présents :
1 garde un sourire crispé.
3 frappe régulièrement son poing gauche contre sa poitrine.
4 frotte régulièrement son œil droit.
6 garde sa tête dirigée vers le plafond.
7 se déplace comme s’il était sanglé et devait traîner derrière lui deux lourdes poutres.

Lorsqu’il y a plusieurs occurrences d’un même chiffre :
soit chaque occurrence est jouée par le/la même comédien(ne).
soit chaque occurrence est jouée par des comédien(ne)s différent(e)s.

Les didascalies sont en italique.

***

La voix _ p. 4

8, 3, 5 _ p. 6

1, 5, 6¹, 3, 6² _ p. 7

5 _ p.13

2, 6, 7, 3 _ p.15

9, 2, 4 _ p. 21

6, 1 _ p. 26

4, 7_ p. 31

8, 2, 3², 7, 3¹_ p. 32

7¹, 4, 7² _ p. 37

9, 8¹, 8² _ p. 44

9, 4 _ p. 50

4, 9 _ p. 51

2 _ p. 57

5, 1¹, 1³, 2, 1² _ p. 59

9¹, 1, 4¹, 2¹, 5, 4², 2², 9²_ p. 66

Tous _ p. 72

***

La voix

La voix
Lorsque je lis le texte, je le lis pour la première fois.
Les ordres que je donne sont suivis d’effets pour ceux que je nomme :
« Chacun est un chiffre : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9.
Les chiffres impaires sont masculins : des hommes ou des femmes grimées en homme.
Les chiffres paires sont féminins : des femmes ou des hommes grimés en femme.
Chacun ne possède rien d’autre que ce qu’il porte sur lui.
Chacun des neuf carrés est une pièce vide.
Pour ceux dans le même carré, dans deux cases se touchant par un côté : tous les contacts physiques sont possibles, ils peuvent se voir, se parler et s’entendre.
Pour ceux dans le même carré, dans deux cases se touchant par un angle : les contacts physiques sont possibles avec une seule partie du corps, ils peuvent se voir, se parler et s’entendre.
Pour ceux dans le même carré, dans deux cases ne se touchant pas : aucun contact physique n’est possible, mais ils peuvent se voir, se parler et s’entendre.
Pour ceux dans deux carrés différents se touchant par un côté : aucun contact physique n’est possible, ils ne peuvent pas se voir, mais ils peuvent se parler et s’entendre.
Pour ceux dans deux carrés différents se touchant par un angle : aucun contact physique n’est possible, ils ne peuvent ni se voir ni se parler. Seul celui dont la case est à l’angle du carré peut entendre faiblement l’autre.
Pour ceux dans deux carrés différents ne se touchant pas : ils sont complètement isolés l’un de l’autre, aucun contact physique n’est possible entre eux, ils ne peuvent ni se voir ni se parler ni s’entendre. »

***

5

La voix
Lorsque je lis le texte, je le lis pour la première fois.
Les ordres que je donne sont suivis d’effets pour ceux que je nomme :
« 5 est complètement isolé. »  

5
Chien. Chien. Je ne serai plus seul. Chien. Chien. Je peux me nommer. Je me nomme. Chien. Chien. Ce qui se passe, je le sais, je ne suis pas pressé, j’attends, ce qui doit arriver arrivera, aucun doute, on ne m’aura pas à ce jeu-là, je patiente. Chien. Chien. La lumière : c’est bon. Le sol : c’est bon. Les murs : un, deux, trois, quatre : c’est bon. Le plafond : c’est bon. C’est bien : il n’y a pas à s’inquiéter. Tout est en ordre. Tout. Je suis ici. Chien. Chien. Je suis debout : oui. Je peux m’asseoir : oui. Je peux être assis-debout : oui. Je peux être debout-assis : oui. Tant de possibilités ! Je ne manque de rien. Chien. Chien. Je peux me tourner debout vers le mur numéro un : oui. Je peux me tourner debout vers le mur numéro deux : oui. Je peux me tourner debout vers le mur numéro trois : oui. Je peux me tourner debout vers le mur numéro quatre : oui. Tant de possibilités ! Tant ! Chien. Chien. Je peux me tourner assis vers le mur numéro un : oui. Je peux me tourner assis vers le mur numéro deux : oui. Je peux me tourner assis vers le mur numéro trois : oui. Je peux me tourner assis vers le mur numéro quatre : oui. Tant de possibilités ! Chien. Chien. Je peux me tourner assis-debout vers le mur numéro un : oui. Je peux me tourner assis-debout vers le mur numéro deux : oui. Je peux me tourner assis-debout vers le mur numéro trois : oui. Je peux me tourner assis-debout vers le mur numéro quatre : oui. Je peux tout. Tant de possibilités ! Je peux me tourner debout-assis vers le mur numéro un : oui. Je peux me tourner debout-assis vers le mur numéro deux : oui. Je peux me tourner debout-assis vers le mur numéro trois : oui. Je peux me tourner debout-assis vers le mur numéro quatre : oui. Tant de possibilités ! Assis je lève la tête vers le plafond : oui. Assis je baisse la tête vers le sol : oui. Debout je lève la tête vers le plafond : oui. Debout je baisse la tête vers le sol : oui. Je ferme les yeux très fort : il n’y a plus de lumière. J’ouvre les yeux grand ouvert : la lumière est. Je peux tout ! Tout ! Tout ! Je peux m’allonger, m’allonger sur le ventre les yeux ouverts : oui. M’allonger sur le ventre les yeux fermés : oui. M’allonger sur le dos les yeux ouverts : oui. M’allonger sur le dos les yeux fermés : oui. M’allonger sur le côté gauche les yeux ouverts : oui. M’allonger sur le côté gauche les yeux fermés : oui. M’allonger sur le côté droit les yeux ouverts : oui. M’allonger sur le côté droit les yeux fermés : oui. Chien. Chien. Je peux tant de choses ! Je ne sais plus quoi faire !

***

9, 8¹, 8²

La voix
Lorsque je lis le texte, je le lis pour la première fois.
Les ordres que je donne sont suivis d’effets pour ceux que je nomme :
« 9 est complètement isolé du groupe formé de   et : aucun contact physique n’est possible avec eux, il ne peut ni les voir, ni leur parler, ni les entendre.
Seule peut entendre faiblement 9.
Entre et aucun contact physique n’est possible, ils ne peuvent pas se voir, mais ils peuvent se parler et s’entendre. »

9 se parlant à lui-même.
Tout est la faute du sol ! S’il n’était pas là… Tout est de sa faute : tant que je ne l’avais pas remarqué j’allais bien. C’est lui !

en parlant de 9
Et l’autre qui parle pour ne rien dire ! Je vais m’allonger. Je peux aussi fermer les yeux. M’allonger sur le ventre : comme ça, bien installé. M’allonger sur le dos : comme ça, bien installé. M’allonger sur le côté gauche : comme ça, bien installé. M’allonger sur le côté droit : comme ça, bien installé. Je dors.

à
Vous m’entendez ? Vous m’entendez ? Vous m’entendez ?

9
Tout est de sa faute ! C’est en me penchant, sous un certain angle, que je l’ai  découvert. Alors tout est de ma faute ?

en parlant de 9 puis en s’adressant à
Et l’autre qui parle pour ne rien dire ! Je vous écoute.


Vous m’entendez ?


Je vous écoute.


Vous m’entendez ?

9
Tout est ma faute ! Ma peau se durcit, chaque orifice, chaque interstice se bouchent. Mon corps ne fait plus qu’un avec les murs le sol et le plafond.

en parlant de 9 puis en s’adressant à
Et l’autre qui parle pour ne rien dire ! Je vous écoute.


Vous m’entendez ?


Oui, je vous entends.


Ah ! Vous m’avez fait une de ces peurs ! Angoisses ! Appréhensions ! Craintes ! Effrois ! Épouvantes ! Frayeurs ! Inquiétudes ! Phobies ! Terreurs ! Si j’y passe, c’est vous !


Journal de bord, espace numéro huit, ou six c’est selon : une voix féminine m’empêche de dormir.


Journal de bord : espace numéro neuf : une voix féminine a dit que je l’empêchais de dormir.


Journal de bord : espace numéro huit, ou six c’est selon : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle m’empêchait de dormir.


Journal de bord, espace numéro neuf : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle avait dit que je l’empêchais de dormir.


Journal de bord, espace numéro huit, ou six c’est selon : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle m’empêchait de dormir.


Journal de bord, espace numéro neuf : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle avait dit je l’empêchais de dormir.


Journal de bord, espace numéro huit, ou six c’est selon : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle m’empêchait de dormir.


Journal de bord, espace numéro neuf : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle avait dit que je l’empêchais de dormir.


La ferme !


Vous m’entendez ?


Je vous écoute.


Vous m’entendez ?

9
Si je ne m’ennuyais pas tant, cela serait passé inaperçu. Sur mes deux oreilles je dormirais. J’aurais dû me casser une jambe, me ronger un bras ! Le sol !

en parlant de 9 puis en s’adressant à
Et l’autre qui parle pour ne rien dire ! Je vous écoute.


Vous m’entendez ?

9
S’il n’était pas là… C’est lui le coupable ! Tout est de ma faute. En me penchant j’aurais dû perdre l’équilibre, me fracasser le crâne contre ce satané sol !

en parlant de 9 puis en s’adressant à
Et l’autre qui parle pour ne rien dire ! Je vous écoute.


Vous m’entendez ?


Oui, je vous entends.


Ah ! Vous m’avez fait une de ces peurs ! Angoisses ! Appréhensions ! Craintes ! Effrois ! Épouvantes ! Frayeurs ! Inquiétudes ! Phobies ! Terreurs ! Si j’y passe, c’est vous !


Journal de bord, espace numéro huit, ou six c’est selon : une voix féminine répète mot pour mot ce qu’elle a déjà dit il y a quelques minutes.


Journal de bord, espace numéro neuf : une voix féminine a dit que je répétais mot pour mot ce que j’avais déjà dit il y a quelques minutes.


Journal de bord, espace numéro huit, ou six c’est selon : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle répétait mot pour mot ce qu’elle avait déjà dit il y a quelques minutes.


Journal de bord, espace numéro neuf : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle avait dit que je répétais mot pour mot ce que j’avais déjà dit il y a quelques minutes.


Journal de bord, espace numéro huit, ou six c’est selon : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle répétait mot pour mot ce qu’elle avait déjà dit il y a quelques minutes.


Journal de bord, espace numéro neuf : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle avait dit que je répétais mot pour mot ce que j’avais déjà dit il y a quelques minutes.


Journal de bord, espace numéro huit, ou six c’est selon : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle répétait mot pour mot ce qu’elle avait déjà dit il y a quelques minutes.


Journal de bord, espace numéro neuf : une voix féminine a dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle avait dit que j’avais dit qu’elle avait dit que je répétais mot pour mot ce que j’avais déjà dit il y a quelques minutes.


La ferme !


Vous m’entendez ?

9
Je ne le supporte plus ! Coincé ici entre ces quatre murs. Rester seul… Tout est de ma faute !

en parlant de 9 puis en s’adressant à
Et l’autre qui parle pour ne rien dire ! Je vous écoute.


Vous m’entendez ?


Je vous écoute.


Vous m’entendez ?


Je vous écoute.


Vous m’entendez ?

9 suivant du doigt les quatre angles et les quatre lignes nécessaires pour faire les six surfaces de la pièce.
Angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne, angle, ligne.


Vous m’entendez ?

9
J’aurais dû me crever les yeux sous un certain angle ! Si seulement quelqu’un ! Quelqu’un ?

àet 9
Je vous aime !

[Un jour aussi ténébreux que la nuit : 2]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s