la peau de l’ourse

Une installation contenant mes objets.

(clic droit sur l’image pour l’agrandir)

ajout du 17/02/08

J’ignore pourquoi j’accumule, conserve tels quels ou transforme certains éléments, bouts de rien. Je les ramasse dans la rue (plumes), les collecte après avoir mangé (graines, arêtes…), les capture et/ou les élève (blattes, araignées…). Je les observe.

Toutes ces petites choses, ces petits êtres qui tiennent dans le creux de la main, que je garde dans des bocaux, dans des boîtes en carton sur mon balcon, dans mes tiroirs.

Cela fait six ans, peut-être plus que j’amasse mon trésor. Je m’en occupe avec autant de soin que de mes cactus (ici|), de mon araignée domestique (ici|).

Pour montrer tout cela le mot « pudeur » me vient immédiatement à la bouche. Je n’aime pas les exhiber. Alors j’ai récupéré de plus grands cartons, les ai « décorés », y ai placé mes objets, au creux.

Il y a ma « tête de Nègre » qui me suit sur toutes les faces. Elle sait la gravité de ce qui se joue là.

Je couds la peau des fruits, enroule le tissu, polis les noyaux, perce les os, plonge les cheveux dans la cire, lie les rognures d’ongles entre elles, avec le coton absorbe le sang.

Les restes.

ajout du 02/06/08

Il y a un an, j’avais acheté un drap blanc en prévision de je-ne-sais-quoi. J’ai dormi tout le mois de mai dedans. J’en ressentais le besoin ; toutes les bonnes choses comme les besoins ont une fin.

Depuis deux jours, je m’acharne à coudre, à fixer sur ce tissu mes objets. Ce sont des cadavres. Plutôt, des momies. Ils sentent la mort. Et moi qui n’arrive jamais à obtenir un sommeil réparateur. Mes nuits sont peuplées de cauchemars. Au matin, j’ai toujours l’impression d’avoir laissé dix ans de ma vie là-bas. Si je dois utiliser mon réveil, c’est encore pire : je dors mal car j’ai peur de ne pas me réveiller.

J’ai pensé que tout ce que je perdais dans mon lit, le drap le récupérerait. Coudre de petits objets, ça n’avance pas vite et j’ai de grands doutes sur le résultat à venir. C’est peut-être bien n’importe quoi mon projet. Mais bon, à ne rien tenter je ne risque pas de trouver une solution.

Toutes ces boîtes à chaussures m’encombrent. Ça en devient même ridicule : je suis contente d’en avoir une nouvelle car je me dis que j’y mettrai de nouveaux objets. Ce n’est quand même pas le but visé : je veux juste les montrer afin de m’en décharger. Souvent je m’oublie, j’emploie le verbe « débarrasser », j’en est honte.

Ça n’avance pas vite, je suis impatiente. Comme les boîtes sont stockées sur mon balcon, tout ça n’est pas bien propre. J’ai les mains sales mais je le vis relativement bien, moi qui ne peux pas toucher le sol et passe mes journées devant le robinet. J’y survivrai.

Je ris lorsque je sors les objets et qu’en les cousant j’aperçois les insectes qui y avaient élu domicile se promener sur le drap. Je m’en excuse auprès d’eux. C’est tout de même dommage, ils ont bien travaillé. Ils ont laissé leurs traces : cocons, pupes, mues sont pris dans le coton, des trous de toutes sortes ont été infligés aux graines, noyaux et aux os.

Je manipule le drap avec le même soin que les objets. Fragile et dangereux. Précieux.

En attendant, je fais toujours pousser mes cactus sur le balcon alors que le reste pourri et sèche à côté. Ma soixantaine de cactus, plus une intruse : elle est sortie de terre un jour dans l’ombre d’un cactus, je l’ai gardée lors du dernier rempotage. Une plante verte, elle grandit vite. Je me demande bien de quelle espèce il s’agit. Enfin, cela n’a pas vraiment d’importance : pour moi l’essentiel est que cela vive.

Cela me rappelle qu’il ne faut pas que je tarde trop à nourrir mon araignée.

ajout du 12/08/08

La peau de l’ourse, ce serait un joli titre pour cette installation. Le drap sur un lit et les objets en tissu suspendus au mur adjacent.

Je racontais qu’enfant j’avais été élevée par les ours dans les Pyrénées. Lorsque Cannelle a été abattue, j’ai perdu le dernier membre de ma famille.

J’ai déjà vidé quatre boîtes à chaussures et pourtant j’ai l’impression de n’avoir rien fait : il m’en reste encore neuf pleines d’objets.

Le drap devient de plus en plus lourd. Je voudrai que chaque centimètre carré soit recouvert.

(cliquez sur les images pour les agrandir)

ajout du 06/02/09

Voir les dernières photographies du drap et l’avancée du projet.

ajout du 18/02/09

sp_a0209

sp_a0208

sp_a0207

sp_a0205

ajout du 08/04/09

Tous les éléments de l’installation sont dans ma chambre, du coup elle est en kit. En ce moment je fais en sorte d’avoir plus de graines et de noyaux : avec le retour du printemps c’est d’autant plus agréable de manger des fruits.
Depuis février je bois une boisson lactée afin d’en obtenir les bouteilles que je remplis d’urine. Lorsque j’en aurai une soixantaine cela fera son effet avec le drap.

Le souci avec une installation c’est qu’il faut un lieu pour l’exposer. C’est un peu comme les textes qui deviennent livres par le biais d’un éditeur. Cela fait un an que je suis en contact avec un galeriste, j’espère que cela va aboutir. Dans tous les cas il faut que ce projet de six ans sorte de chez moi et prenne la lumière.

Dernièrement (sous l’impulsion d’Emma Dusong et de Paul-Armand Gette qui n’en savent encore rien) j’ai pensé faire une performance avec ma « peau d’ourse ».
Je suis en train d’imaginer à quoi elle pourrait ressembler :  je suis assise, allongée par terre ou sur un lit, couverte du drap je lis Is this love à voix haute. À certains moments je m’arrête et dessine sur ma peau en silence.
J’ai eu l’idée de mettre un masque (celui de ma tête de Nègre) soit lorsque je lis soit lorsque je dessine.

extension du projet

De nouveaux objets : 09/07/09, 13/07/09.

ajout du 16/10/09

La liste exhaustive des éléments composant l’installation.

ajout du 29/10/09

De nouvelles photographies des objets figurant dans la liste.

 

[Menu]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s