Enquête sur le premier roman

Quand Erratique fait les Vases communicants tout seul, à temps (cette fois-ci) et devient Le tiers livre.

***

Soit le courrier suivant :

Le 25 mars 2010

Madame, Monsieur,
Nous menons au sein de notre Laboratoire de recherche, (Labsic, université Paris 13) un travail sur les premiers romanciers, qui a pour objectifs de comprendre le désir et les motivations des auteurs d’un premier roman, d’analyser leur parcours (poursuite ou non d’une activité d’écriture après le premier roman, déplacement vers des projets non romanesques), d’étudier leur relation avec leur éditeur et leur représentation de la sphère éditoriale.
Cette recherche, qui est soutenue par le CNL et la SOFIA, est menée en France mais aussi, selon une méthodologie identique, à l’étranger, et notamment au Québec, par des équipes de chercheurs associés.
Notre recherche comporte une phase d’enquête pour laquelle nous vous sollicitons. Nous contactons en effet la totalité des primo romanciers que nous avons pu recenser sur la période 1988-2008, avec le concours de leur éditeur.
Nous vous serions à ce titre très reconnaissants de bien vouloir répondre au questionnaire joint et nous le retourner à l’adresse indiquée ci-dessous.
si vous préférez nous répondre par mail, nous vous enverrons le questionnaire sous Word sur demande de votre part à cette adresse : […]
Bien cordialement à vous.

Bertrand Legendre
Corinne Abensour

Je vais, comme d’habitude, ne répondre qu’aux questions qui m’ennuient le moins et à ma manière.

48. Avez-vous publié d’autres types de textes après votre premier roman ? Lesquels ?
Qu’est-ce qu’ils ont tous à nommer les livres « romans » dès qu’ils font plus de cent pages ? C’est à croire qu’en littérature hors du roman point de salut.
En ce qui me concerne je n’ai écrit que « d’autres types de textes ».

50. Titre de votre premier roman :
Étant donné que c’est la dernière question, j’avais bien cru jusque-là qu’ils ne s’y intéressaient pas : Enfin. On fera silence.

7. Romans antérieurs refusés – Indiquez le nombre :
Aucun.

9. Aviez-vous écrit d’autres romans que vous n’aviez pas proposés à des éditeurs ?
1. oui
2. non

J’avais commencé à écrire, oui ce que l’on peut nommer cette fois-ci des romans, et c’est peut-être bien pour cela que je ne les ai jamais finis, et ne compte pas le faire : ce type d’écriture ne me convient pas du tout.
Si François Bon ne m’avait pas convaincue d’envoyer Enfin. On fera silence aux Éditions Verticales je n’aurais jamais osé le faire.
Car si j’avais envoyé le manuscrit à F. B. c’était en tant qu’écrivain (il n’était pas encore éditeur) pour qu’il me dise ce que valait ce texte.
C’était aussi la première fois que je faisais lire un texte à quelqu’un, alors à un éditeur la chose n’était même pas pensable : j’avais beaucoup trop peur de la réaction d’autrui.

17. La réponse des éditeurs. Vous avez reçu :
1. une seule réponse positive
2. plusieurs réponses positives

Heureusement pour moi au moment où j’ai reçu la lettre de refus de Verticales, j’avais déjà accepté de faire partie de la collection de F. B. au Seuil. Je crois que sans ça je ne m’en serais pas remise.

21. Le travail sur le texte.
1. l’éditeur n’a pas demandé de modifications
2. l’éditeur a demandé des modifications

Ce travail avait déjà été fait dix mois auparavant, François Bon m’avait déjà donné des conseils. De plus, cela faisait deux ans que je le retravaillais seule donc lorsque j’ai signé le contrat d’édition j’en étais à la neuvième version, le texte a été accepté tel quel.

23. Avec qui s’est fait le travail sur le texte (éditeur, directeur de la collection, correcteur, intervenant extérieur, etc.) ?
Pour la grammaire, l’orthographe… juste avec un correcteur merveilleux : Gilles Toublanc.

29. Avez-vous reçu un à valoir ?
1. aucun
2. moins de 500 euros
3. entre 500 et 1000 euros
4. entre 1000 et 1500 euros
5. entre 1500 et 2000 euros
6. entre 2500 et 3000 euros
7. plus de 3000 euros

Oui j’en ai reçu un et c’est bien agréable de recevoir un chèque prouvant qu’il y a au moins une personne vous faisant confiance (même s’il a tort). Le second c’était pour 100 caractères (espaces compris).
Deux chèques en quatre ans c’est tout à fait raisonnable, non ?
Plus de 3000 euros… ça fait rêver tout de même… J’aurais bien aimé…

33. Combien d’exemplaires ont été vendus l’année de la publication ?
Pas la moindre idée.

34. Combien d’exemplaires ont été vendus au total ?
Pas la moindre idée, jusqu’à ce que je me décide…

35. Avez-vous eu facilement accès aux chiffres de vente ?
1. oui
2. non

Demande faite par simple mail, réponse dans un mail simple, à noter, à ma demande : je pensais que c’était à l’éditeur d’envoyer ceci tous les ans, enfin je le pensais.
C’est encore une fois François Bon qui m’a instamment priée d’aller me renseigner auprès de qui de droit deux ans après la sortie du livre comme je me posais enfin la question des ventes. En fait ce sont les autres qui ne cessaient de me la poser et je n’ai pas été déçue par la réponse, cette dernière m’a confirmé dans l’idée que l’ignorance est une vertu.
En écrivant tout ceci je me rends compte qu’il faut vraiment que je cesse d’embêter F. B. avec mes questions, mes demandes, mes doutes etc.

36. Dans les six mois qui ont suivi sa parution, votre livre a-t-il fait l’objet :
1. d’articles de presse
2. d’émissions de radio
3. d’émissions de télé
4. de sélections en libraire
5. de sélections pour un prix
6. autre

Je remercie Alain Veinstein de m’avoir reçue à « Du jour au lendemain », je le remercie d’autant plus qu’il a été le seul. On me dira que c’est déjà bien. Oui, c’est vrai. Mais un peu plus d’intérêt, même de la part de « autre » n’aurait pas été de refus.
Donc non, chère Sirine, je ne reste pas dans l’ombre par préférence (il est vrai que j’ai les rétines sensibles).

42. A la suite de ce premier roman, vous avez :
1. écrit un second ou plusieurs autres romans publiés
2. écrit un second ou plusieurs romans non publiés
3. pas écrit d’autre roman

Quatre livres ont été publiés :
deux numériques :  Ou les élections et 100 caractères (espaces compris)
deux papiers : Enfin. On fera silence et Is This love
J’ai tenu à placer les livres numériques en premier car dans « livre numérique » il y a le mot « livre » et c’est bien l’essentiel.

43. Votre second roman a été publié :
1. chez le même éditeur
2. chez un autre éditeur

Ou les élections est en fait mon deuxième livre puisqu’il a été écrit bien avant Is This love, leur publication a été presque concomitante et chez deux éditeurs différents : Publie.net et Le mot et le reste.

44. Si vous avez changé d’éditeur pour votre second roman, précisez les raisons.
Nous dirons que j’ai eu envie et la possibilité d’aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Elle ne l’était évidement pas plus mais différemment, ce qui du point de vue de l’expérience est déjà appréciable.

***

Lire Le français est issu de l’immigration, plagiat numérique de Lignes de fuite.

Publicités

En prévision de la crue centennale

Voici le questionnaire que toute entreprise sérieuse devrait faire parvenir à ses employés, et par la suite étudier, afin de s’assurer de la continuité du service en cas de crue exceptionnelle de la Seine.

Q. 1 : Pour les vacances, vous êtes plutôt « eau douce » ou « eau de mer » ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 2 : Avez-vous déjà fait une croisière ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Si oui, êtes-vous plutôt « mouchoir agité » ou « lancer de serpentins » ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 3 : Quel est votre meilleur temps en apnée ? (Si vous l’ignorez, les lavabos de l’entreprise sont à votre entière disposition.)
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 4 : Savez-vous différencier votre bâbord de votre tribord ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 5 : Avez-vous déjà suivi une formation de secours en haute mer ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 6 : Votre père était-il marin-pompier ou marin-pêcheur ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 7 : Votre grand-père était-il dans la marine nationale ou la marine marchande ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Si oui, quel était son grade exact ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 8 : Avez-vous connu dans un passé proche ou lointain un maître nageur brun, athlétique, environ 1,86 m pour 90 kg ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 9 : Pratiquez-vous régulièrement une activité physique ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Si oui, quelle est-elle ? Et la pratiquez-vous en tant qu’amateur(e) ou que professionnel(le) ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 10 : Savez-vous nager ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Si non, savez-vous au moins faire la planche ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. subsidiaire : Si oui, quel est votre temps moyen sur 100 m nage libre ? (Si vous l’ignorez, la mare aux canards de l’entreprise est à votre entière disposition.)
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 11 :  Pratiquez-vous occasionnellement une activité nautique ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 12 : Avez-vous votre permis bateau ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Si oui, tenez-vous compte des bulletins météorologiques  ou des alertes de Météo France pour préparer vos sorties ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 13 :  Êtes-vous l’heureux propriétaire d’un yacht ou d’un trimaran ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Si oui, accepteriez-vous de le prêter afin de gonfler la flotte de l’entreprise ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 14 : Seriez-vous prêt(e) à partager votre chaloupe avec un des membres de la direction et ce quel qu’il soit ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Si non, pourquoi ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Lequel vous donne particulièrement des boutons ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Pourquoi déclenche-t-il chez vous cette réaction cutanée?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 15 : Avez-vous déjà pratiqué l’aviron, le kayak ou le rafting ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Si oui, seriez-vous prêt(e) à apprendre par cœur des chants de galériens et à faire partie d’une équipe de rameurs chargée de transporter vos collègues de leur domicile jusque sur leur lieu de travail chaque matin (en entonnant lesdits chants et bien entendu avant vos propres heures de travail) ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 16 : Possédez-vous dans votre logement un lieu quelconque où il serait possible d’entreposer le matériel de plongée, les pagaies, les bouées ainsi que les pirogues et autres barques de l’entreprise ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 17 : Quelle est la distance (même approximative) entre votre lit et votre poste de travail ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 18 : A combien de temps estimez-vous le trajet entre votre domicile et le siège de l’entreprise en bateau à vapeur ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. subsidiaire : En bateau à voiles ?
R. : ………………………………………………………………………………
Les cas suivant ne concernent que ceux et celles ayant répondu affirmativement à la question 10 :
Q. subsidiaire : à la brasse ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : en crawl ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Qu’en est-il de la brasse papillon ?
R. : ………………………………………………………………………………
Q. subsidiaire : Qu’en est-il du dos crawlé ?
R. : ………………………………………………………………………………

Attention : les deux dernières questions sont éliminatoires.

Q. 19 : Pince-Mi et Pince-Moi sont dans un bateau, Pince-Mi tombe à l’eau, qui reste-t-il ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. 20 : Un pédalo violet biplace tente de vous doubler par la gauche. Devez-vous le laisser passer en vous rabattant sur la droite sachant qu’il est uniquement occupé par une fausse blonde et que vous vous trouvez à moins de trois kilomètres de la prochaine embouchure ?
R. : ………………………………………………………………………………

Q. subsidiaire : Et dans le cas d’un sous-marin nucléaire jaune et anglais dont le commandement serait temporairement assuré par quatre garçons dans le vent ?
R. : ………………………………………………………………………………

Pour toutes remarques ayant trait à la pertinence et/ou à la légalité de ce questionnaire, veuillez les adresser sans plus tarder au Directeur des Ressources Humaines.

Voir le site de l’exposition : Paris inondé 1910

introspection : 34

Pourquoi dois-je lui mentir au téléphone ?
R. : ………………………………………………………………………………
R. subsidiaire : la vérité m’écorche la bouche, me glace le sang.

Pourquoi dois-je redouter notre rencontre ?
R. : ………………………………………………………………………………
R. subsidiaire : son regard réprobateur, la possibilité même faible qu’il comprenne réellement qui je suis.

Pourquoi dois-je redouter notre rencontre ?
R. : ………………………………………………………………………………
R. subsidiaire : il pourrait ne pas oublier qu’il est un homme.

[introspection : 33]